Témoignage :

Etre oblate est une grâce que la Providence, qui sait tisser des liens, a mise sur mon chemin. Et une vraie demande de ma part. Je n'ai pas choisi la porte à côté, puisque, au quotidien, je vis à 375 km du monastère. C'est que j'ai été séduite par le rayonnement de celui-ci. Normal, d'être séduite, en amour ! Alors, les kilomètres ne comptent pas. Je dois dire qu'une petite main a pris la mienne. Et qu'une petite voix m'a dit : "Regarde !" Mes propres yeux n'auraient pas vu tout seuls, lors d'une halte trop extérieure, la beauté de cette communauté, qui est celle du Christ habillant la pauvreté des sœurs et mettant la joie dans les cœurs. Pour qui ne le sait pas, je précise que l'oblation n'est pas une consécration religieuse. C'est donc un engagement modeste. Mais celui-ci est en même temps radical. Et si c'est bien un engagement de ma part, c'est avant tout un don de Dieu dans son Eglise sainte. Est il utile d'ajouter que, en tant que don de Dieu, ça ne peut être un moindre don ? A présent, en peu de mots, voici le cœur de la chose : être oblate, c'est pouvoir offrir ma vie à Dieu en tant que femme dans l'Eglise, bénéficier de manière décisive du relèvement des fils et filles de Dieu opéré par le Christ, et trouver dans le Seigneur mon appui. Quelle grâce, d'entrer dans la famille spirituelle de Saint Benoît pour vivre l'Evangile ; de pouvoir baigner les racines de ma foi dans la louange monastique et la méditation de l'Ecriture ; d'être portée par la prière dans mon existence et ma mission. Les faces du mystère de Jésus que je suis plus particulièrement appelée à méditer pour en vivre sont sa Passion, à l'école de Marie, et sa Transfiguration, qui introduit à sa Résurrection.
Me voilà désormais occupée à recevoir ce plus grand cadeau au jour
le jour.

Témoignage :

Un oblat, c'est avant tout un chrétien, un chrétien qui se sent appelé par Dieu à vivre sa vie chrétienne selon l'esprit de la Règle de Saint Benoît. C'est un chrétien qui s'offre à Dieu. L'objet de cette vocation est de vivre l'Evangile plus intensément, de mettre ses pas dans les pas du Seigneur, avec un désir sincère de conversion, de développer sa vie de prière et de louange du Seigneur. Pour ce faire, il se met à l'écoute de SAint Benoît. Cette vocation prend sa source et s'enracine dans la vocation baptismale commune à tous les baptisés.
L'oblation : C'est l'acte essentiel et constitutif par lequel l'oblat s'offre à Dieu. C'est un don à vie. par l'oblation, l'oblat devient membre, en tant qu'oblat, d'une communauté monastique dont il est le témoin dans le monde.
Engagement de l'oblat : "ne rien préférer à l'amour du Christ". L'oblat promet la conversion de sa vie. Il s'engage à suivre le Christ poru répondre à son appel. Il vit cette promesse en profonde communion avec sa famille monastique dont il reçoit un réel soutien. Vie de prière , d'accueil et de charité fraternelle. promesse vécue au mieux de son état dans le monde.
Il y a quelques années, lors d'un séjour dans un monastère bénédictin, j'ai découvert la Règle de Saint Benoît et enparticulier le chapitre sur l'humilité et l'accueil des frères. Les premiers mots "Ecoute, mon fils, les préceptes du maître et prête l'oreille de ton coeur" m'avaient fortement interpelée. Et puis, quelques années après cette première rencontre, sans que je l'ai recherchée ni désirée, j'ai fait une nouvelle découverte : celle de l'oblature bénédictine. je n'en avais jamais entendu parler ... et là, tout a "basculé" : j'ai su que c'était ce que j'attendais et espérais tout au fond de moi-même : "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais c'est moi qui vous ai choisis et vous ai destinés à aller porter du fruit et un fruit qui demeure" (Jean, 15,16)
Je me suis tournée vers le monastère de Bouzy-La-Forêt, le monastère bénédictin le plus proche de mon domicile, qui m'a accueillie pour une année de discernement avec l'accompagnement d'une moniale,pour vérifier si cet appel venait de Dieu. Et j'ai dit "Oui" : "Je t'ai appelé par ton nom, tu es à moi." "Tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t'aime" (Isaïe 43).
Ces paroles s'adressaient bien à moi ... j'ai donc fait mon oblation : grâce reçue et acceptée, qui m'ouvrait et m'ouvre encore un chemin d'humilité à la suite du Christ, chemin d'exigences et de renoncements, chemin de paix et de joie dans l'abandon et la confiance ; chemin parcouru, pas seule : "ne crains pas car je suis avec toi, dit le Seigneur", et avec le soutien du monastère.
La Règle de Saint Benoît m'a permis de me libérer d'esclavages, pour être plus disponible
pour la prière de louange, d'action de grâce,
- pour la prièr de l'Eglise en union avec le monastère,
- pour la lecture de la Parole de Dieu,
- pour desengagements paroissiaux ou autres,
- pour des services quels qu'ils soient, même les plus petits et les plus humbles.
L'oblature, c'est aussi et surtout pour moi uen exigence d'amour qui me fait avoir un autre regard sur ceux qui m'entourent ou que je rencontre : accueillir, aimer, servir, comme le christ, dans l'humilité.
Devenir oblate, m'offrir à Dieu : c'était hier, ce sera demain, c'est à chaque instant de chaque journée